TOUCH highlights what is handled and kneaded : substances, materials, structures and volumes are here honored, through the enhancement of what is in the range of the manipulation – the recovery, the recycling, the reclaiming, and even the transgression.

TOUCH met l’accent sur ce qui se manie et se pétrit : substances, matières, structures et volumes sont donc ici à l’honneur, avec pour parti-pris la mise en valeur de ce qui est de l’ordre de la manipulation – la récupération, le recyclage, la réappropriation, voire la transgression.

a summer with... valentino fw13/14 "fetishist" minaudières

The Renaissance, its golds, its browns, its laces and its embroideries as inspiration. The sumptuous as guiding thread. The mysteries of its cabinets of curiosities as obsession. As this is what Maria Grazia Chiuri and Pierpaolo Piccioli testify in this collection for Valentino : of a real obsession for these objects, as strange as fabulous. Thus these precious minaudières, all of pearls and gilding, appeared here and there, held within the palm of a hand to better reveal their clasps – highly symbolic animal or hybrid figures, and quite as magical...

La Renaissance, ses ors, ses bruns, ses dentelles et ses broderies comme inspiration. Le somptueux comme fil directeur. Les mystères de ses cabinets de curiosités comme obsession. Car c’est bien de ce dont témoignent Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli dans cette collection pour la maison Valentino : d’une véritable obsession pour ces objets aussi étranges que fabuleux. Ainsi ces précieuses minaudières, toutes de nacres et de dorures, apparues ici et là, tenues dans le creux d’une main pour mieux révéler leurs fermoirs – des figures animales ou hybrides, hautement symboliques, et tout aussi magiques…

[…]

a summer with... jil sander ss14 "fetishist" handbags

"Simply" inspired by the concerned season, more than one theme or figure, Jil Sander testifies in her collection for spring-summer 2014 of a real obsession for handbags with a particularly sensual wear, that we have seen appear recurrently in the last seasons women collections. A bag to roll and carry "with the whole hand", as a pouch, that Jil Sander invites men to adopt, too.

"Simplement" inspirée par la saison concernée, plus que par un thème ou une figure, Jil Sander témoigne dans sa collection printemps été 2014 d’une véritable obsession pour des sacs à main au porter particulièrement sensuel, que l’on a vu apparaître de manière récurrente au sein des collections femme de ces dernières saisons. Un sac à rouler et à porter "à pleine main", telle une pochette, que Jil Sander invite les hommes à adopter, eux aussi.

[…]

a summer with... c, f, r, s & t

here are some words to "touch" contemporary fetishism | voici des mots pour "toucher" le fétichisme contemporain
c as… cords & crushes / cordes & attaches
f as… fur & fibers / fourrure & fibres
r as… ribbons & raffia / rubans & raphia
s as… silk & satin / soie & satin
t as… tulle & taffetas / tulle & taffetas

[…]

a spring with... "vintage : the irresistible charm of the used"

One of the most common initiatives today to reappropriate the "heritage" left by fashion houses/brands is certainly the one of the VINTAGE. Hunt around for vintage models, wear them as they are, or combined with contemporary pieces, and in this way invent a proper silhouette, outside and beyond of any trend, is precisely one of the most important trends in terms of fashion. And above all, the most "popular" one, as initiated by amateurs and passionates about fashion themselves. A form of "do it yourself" to which the Textile Museum of Prato has chosen to dedicate an exhibition, opting, for the occasion, for a real walk in its archives, and the possible reappropriations and reinterpretations of them – by the general public as by the houses/brands themselves, which, since the early 2000s, have opted for this approach in order to enhance this "heritage" left by couturiers/creators now disappeared. By focusing on this approach, "VINTAGE : THE IRRESISTIBLE CHARM OF THE USED" revisits the notion of heritage without passeism or nostalgia – it invites, on the contrary, to grasp all its creative potential, for houses/brands as for their consumers. The film and photographs made on this occasion by Alessandro Moggi reflect this willingness, as they depict a young woman with the most contemporary look in "vintage" pieces of the most beautiful effect.

L’une des plus démarches les plus répandues aujourd’hui pour se réapproprier l’"héritage" légué par des maisons/marques de mode est certainement celle du VINTAGE. Chiner des modèles d’"époque", les porter tels quels, ou associés à des pièces contemporaines, et inventer de la sorte sa propre silhouette, en-dehors et au-delà de toute tendance, est justement l’une des tendances les plus importantes en matière de mode. Et surtout, la plus "populaire", car initiée par les amateurs et passionnés de mode eux-mêmes. Une forme de "do it yourself" à laquelle le Musée du Tissu de Prato a choisi de dédier une exposition, optant, pour l’occasion, pour une véritable promenade dans ses archives, et les possibles réappropriations et réinterprétations de celles-ci – par le grand public comme par les maisons/marques elles-mêmes, qui, depuis le début des années 2000, optent pour cette approche afin de valoriser cet "héritage" laissé par des couturiers/créateurs aujourd’hui disparus. En mettant l’accent sur cette démarche, "VINTAGE : THE IRRESISTIBLE CHARM OF THE USED" revisite ainsi la notion d’héritage sans passéisme, ni nostalgie – elle invite, à l’inverse, à en saisir tout le potentiel créatif, pour les maisons/marques comme pour leurs consommateurs. Le film et les photographies réalisés à cette occasion par Alessandro Moggi témoignent de cette volonté, en ce qu’ils mettent en scène une jeune femme au look des plus contemporains dans des pièces "vintage" du plus bel effet.

[…]

a spring with... marc jacobs ads’ bodies

As early as 1998, Marc Jacobs and Juergen Teller defined the codes that would guide the creation of the advertising campaigns shot by the photographer for the eponymous brand of the designer. If these principles have evolved slightly, they have preserved its essence : the bias for an aesthetic that does not seek to please, even less to seduce, but, instead, to surprise, to question, to confuse, or even, to disturb. An aesthetic that is based on the "less-than-perfect" bodies of friends of Marc Jacobs - intellectuals, artists and creatives of all stripes. When models take their relay, it is to see them more likely staged than enhanced - thus Ruby Jean Wilson seems she lost in the kaleidoscopic scenery chosen for the campaigns of this season spring/summer 2013 . At distance, in another world. But the bias by Juergen Teller to shoot her closely, makes her very close - thus she becomes almost palpable, participating in this game with the sensory potential of his pictures that the photographer seems to cherish.

Dès 1998, Marc Jacobs et Juergen Teller définissaient les codes qui allaient guider la création des campagnes publicitaires shootées par le photographe pour la marque éponyme du créateur. Si ces principes ont légèrement évolué, ils en ont conservé l’essence : ce parti-pris pour une esthétique qui ne cherche pas à plaire, encore moins à séduire, mais, au contraire, à surprendre, à interpeller, à dérouter, voire, à troubler. Une esthétique qui s’appuie sur celle des corps "moins-que-parfaits" des amis de Marc Jacobs - intellectuels, artistes et créatifs de tous bords. Lorsque les mannequins prennent leur relais, c’est pour se voir elles aussi plus volontiers mises en scène qu’en valeur - ainsi Ruby Jean Wilson semble-t-elle perdue dans le décor kaléidoscopique choisi pour les campagnes de cette saison printemps/été 2013. A distance, dans un autre monde. Mais le parti pris par Juergen Teller de la shooter de près, la rend, à l’inverse très proche - ainsi devient-elle presque palpable, participant à ce jeu avec le potentiel sensoriel de ses clichés que le photographe semble affectionner.

[…]

a spring with... comme des garçons vision of the unveiling veil

For this spring/summer season 2013, Rei Kawakubo chose to associate with a 100% white makeup of tribal inspiration, and XXL wigs, hats as metal sculptures, to ultimately cover the head of her models of hairstyles so imposing that they end up to do away with the face of their "hosts".

Pour cette saison printemps/été 2013, Rei Kawakubo a choisi d’associer à un maquillage 100% blanc d’inspiration tribale, et à des perruques XXL, des chapeaux telles des sculptures de métal, pour, in fine, recouvrir la tête de ses modèles de coiffures si imposantes qu’elles finissent par faire disparaître le visage de leurs "hôtes".

[…]

a winter with... nike & the "year of the snake" collection

The collection created by Nike in this beginning of the year of the snake honors its various models of sneakers, including the famous Air Force 1 and Air Max 1, that it dresses in a snakeskin revisited both in its patterns than in its colors. Gold dominates especially in the most feminine of the proposed models on this occasion - the Air Max 1.

La collection créée par Nike en ce début d’année du serpent met à l’honneur ses différents modèles de sneakers, dont les célèbres Air Force 1 et Air Max 1, qu’elle habille d’une peau de serpent revisitée tant dans ses motifs que dans ses coloris. L’or prédomine notamment dans le plus féminin des modèles proposés à cette occasion - l’Air Max 1.

[…]

a winter with... jonathan saunders & a colorfull immobility

The collection unveiled by Jonathan Saunders for fall-winter 2013/2014 reveals his passion for color, its rhythms, its vibrations, its tactility. His show confirms the intensity of this relationship by exacerbating the materiality of color, in an immobility particularly appropriate.

La collection dévoilée par Jonathan Saunders pour la saison automne-hiver 2013/2014 révèle sa passion pour la couleur, ses rythmes, ses vibrations, sa tactilité. Son défilé confirme l’intensité de cette relation en exacerbant la matérialité de la couleur, dans une immobilité particulièrement appropriée.

[…]

a winter with... chanel & barrie knitwear

The House Chanel has played the card of "closed & unclosed" during its last "Métiers d’Art" fashion show, by claiming its association with the manufacturer of cashmere Barrie Knitwear.

La Maison Chanel a joué la carte du "close & unclosed" lors de son dernier défilé "Métiers d’Art", en revendiquant son association avec le fabricant de cachemire Barrie Knitwear.

[…]

a fall with... hors d’oeuvre

The short film directed by Monica Menez for Goldknopf Couture, "Hors d’oeuvre", addresses with humor the quasi love that women have with fashion, and the deviations that may result.

Le film court réalisé par Monica Menez pour Goldknopf Couture, "Hors-d’œuvre", aborde avec humour la relation quasi amoureuse que les femmes entretiennent avec la mode, et des dérives qui peuvent en découler.

[…]

a fall with... masters of linen

The European weavers and spinners of linen play the card of "closed & unclosed" by valuing their origin and their know how via the label "masters of linen".

Les tisseurs et filateurs européens de lin jouent la carte du "close & unclosed" en valorisant leur origine et leur savoir-faire via le label "masters of linen".

[…]

a fall with... farm

The carioca Farm celebrates this year fifteen years of success exclusively brazilian, claiming with pride this "made in rio" that made its reputation.

La carioca Farm célèbre cette année quinze années d’un succès exclusivement brésilien, revendiquant avec d’autant plus de fierté ce "made in rio" qui a fait sa notoriété.

[…]