HEAR highlights what is listened to and read : stories, sounds, words and written are here honored, through the enhancement of what is in the range of the thought – the dream, the imagination, the reflection, and even the criticism.

HEAR met l’accent sur ce qui s’écoute et se lit : histoires, sons, paroles et écrits sont donc ici à l’honneur, avec pour parti-pris la mise en valeur de ce qui est de l’ordre de la pensée – le rêve, l’imagination, la réflexion, voire la critique.

a summer with... maison martin margiela fw13/14 "fetishist" vintage tales

The past, its fashion, its dressing room pieces, its accessories and its fabrics as inspiration. The memory as guiding thread. The recovery, the reinterpretation, the replica as obsession. As this is what Maison Martin Margiela testifies in this collection : of a real obsession for the vintage. That it explores and expresses marvelously, both through its silhouettes than the "legends" accompanying them. As everything is said, explained, narrated to us – from the provenance and the original use of these found pieces, to the time necessary for their “re”-creation. Passage by passage. Piece by piece. Such as a tale.

Le passé, ses modes, ses pièces de vestiaire, ses accessoires et ses tissus comme inspiration. La mémoire comme fil directeur. La récupération, la réinterprétation, la réplique comme obsession. Car c’est bien de ce dont témoigne Maison Martin Margiela dans cette collection : d’une véritable obsession pour le vintage. Qu’elle explore et exprime à merveille, tant au gré de ses silhouettes que des "légendes" accompagnant celles-ci. Car tout nous est dit, expliqué, raconté – de la provenance et de l’usage d’origine des pièces chinées, au temps nécessaire à leur "re"-création. Passage par passage. Pièce par pièce. Tel un conte.

[…]

a summer with... dolce & gabbana ss14 "fetishist" prints

Inspired by the imaginary associated with Sicily, its mythology, its gods and heroes, Dolce & Gabbana testify in their collection for spring-summer 2014 of a real obsession for the figures of Zeus and Apollo – their names, their effigies, and the monuments associated to them appear there recurrently, through giant prints, inviting to contemplation and travel.

Inspirés par l’imaginaire associé à la Sicile, sa mythologie, ses dieux et ses héros, Dolce & Gabbana témoignent dans leur collection printemps été 2014 d’une véritable obsession pour les figures de Zeus et d’Apollon – leurs noms, leurs effigies, et les monuments qui leur sont associés y apparaissent de manière récurrente, au gré d’imprimés géants, invitant à la contemplation et au voyage.

[…]

a summer with... e, h, m, v & w

here are some words to "hear" contemporary fetishism | voici des mots pour "entendre" le fétichisme contemporain
e as… echoes / échos
h as… hmm… / hmm…
m as… murmurs / murmures
v as… voices / voix
w as… wow ! / waou !

[…]

a spring with... "club to catwalk : london fashion in the 1980s"

After this real immersion in the fashion of the 1970s that the Victoria & Albert Museum has recently proposed through its exhibition dedicated to the figure of David Bowie, it is in the fashion of the 1980s that the museum will invite to dive this summer, via an exhibition dedicated to the "club culture" that animated the nights of London, and brought the designers to reinvent the fashion in force at that time – the one that came from the punk movement. Extravagant, fantastic and extraordinary : such could be described this fashion, primarily intended to surprise, amaze, dazzle... And dance. Because fashion and music are then intimately linked, as they were in the punk movement, and allow creators of this period to see their models adopted in even more places – to the catwalks succeed the concert stages and the clubs dancefloors, of which magazines soon take the relay, actively participating in that this "club culture" may emerge, express itself, and be recognized as such. Hence the scenographic bias chosen by the V&A : the one to classify this fashion according to the musical movements to which it was associated, in an approach by musical "tribe" particularly relevant when one knows its extension in the 1990s.

Après cette véritable immersion dans la mode des années 1970 que le Victoria & Albert Museum a récemment proposé via son exposition dédiée à la figure de David Bowie, c’est dans la mode des années 1980 que le musée invitera cet été à plonger, via une exposition dédiée à la "culture club" qui anima les nuits de Londres, et amena les créateurs à réinventer la mode en vigueur à cette époque-là – celle issue du mouvement punk. Extravagante, fantasque et extraordinaire : telle pourrait être qualifiée cette mode-là, destinée avant tout à surprendre, étonner, éblouir… Et danser. Car mode et musique sont alors intimement liées, comme elles l’étaient dans le mouvement punk, et permettent aux créateurs de cette période de voir leurs modèles adoptés dans d’autant plus de lieux – aux podiums des défilés succèdent ainsi les scènes de concerts et les pistes de danse des clubs, dont les magazines prennent bientôt activement le relais, participant à ce que cette "culture club" puisse émerger, s’exprimer, et être reconnue en tant que telle. D’où le parti-pris scénographique choisi par le V&A : celui de classer cette mode en fonction des mouvements musicaux auxquels elle était associée, dans une approche par "tribu" musicale particulièrement pertinente lorsque l’on en connaît l’extension dans les années 1990.

[…]

a spring with... chanel ads’ bodies

In spring 2011, Chanel launched a new line of bags - called "Boy" in honor of Boy Capel, English polo player and great love of Coco Chanel, this line saw itself immediately associated with a muse : Alice Dellal. And, beyond this name, with a body : the one, tattooed and pierced, of a Brazilian with a shaved head, and a perfectly assumed punk lifestyle. 180 degree turn that the one took by the house to renew its image, and thus attract the attention of a new clientele - younger, rocker, more trasher. Voluntary and radical disruption that this communicational bias, without thereby damaging the image of the house, its prestige and its reputation. Simple turn, so, that the one taken by Karl Lagerfeld by choosing a non-standard body. To better remember the spirit of a non-standard house...

Au printemps 2011, la maison Chanel lançait une nouvelle ligne de sacs - baptisée "Boy" en hommage à Boy Capel, joueur de polo anglais et grand amour de Coco Chanel, cette ligne se voyait d’emblée associée à une égérie : Alice Dellal. Et, au-delà de ce nom, à un corps : celui, tatoué et piercé, d’une brésilienne au crâne rasé, et au style de vie punk parfaitement assumé. Virage à 180 degrés que celui pris par la maison pour renouveler son image, et ainsi attirer l’attention d’une nouvelle clientèle - plus jeune, plus rock, plus trash. Disruption volontaire et radicale que ce parti-pris communicationnel, sans qu’il ne vienne pour autant abîmer l’image de la maison, son prestige et sa notoriété. Simple virage, donc, que celui pris par Karl Lagerfeld en faisant le choix d’un corps hors-normes. Pour mieux rappeler l’esprit d’une maison hors-normes…

[…]

a spring with... jeremy scott vision of the unveiling veil

Jeremy Scott did not hesitate to assert clearly the Middle East as a source of inspiration for a collection thus reversing the usual situation, and rivaling to do so of references to the "relationship" between the United States and the Middle East. The whole to the rhythm of a mix of wonders of the 1990s, particularly well orchestrated by Michel Gaubert.

Pour cette saison printemps/été 2013, Jeremy Scott n’a pas hésité à revendiquer clairement le Moyen Orient comme source d’inspiration d’une collection inversant ainsi la donne habituelle, et rivalisant pour ce faire de références à la "relation" entre les États-Unis et le Moyen-Orient. Le tout, au rythme d’un mix de merveilles des années 1990, particulièrement bien orchestré par Michel Gaubert.

[…]

a winter with... bulgari & the "serpenti" collection

This beginning of the year of the snake offers Bulgari the opportunity to draw attention to one of its most famous jewelry collections - Serpenti. In addition to the reissue of some models, the house has chosen to celebrate this line through an exhibition in New York, a specific staging of the windows of its shops, and the "dressing" of the fingers and the wrists of the mysterious and venomous muse of "Passion" by Brian de Palma.

Ce début d’année du serpent offre l’opportunité à Bulgari d’attirer l’attention sur l’une de ses collections de joaillerie les plus célèbres - Serpenti. Outre la réédition de certains modèles, la maison a choisi de célébrer cette ligne via une exposition dédiée à New York, une mise en scène spécifiques des vitrines de ses boutiques, et l’"habillage" des doigts et des poignets de la mystérieuse et venimeuse égérie du "Passion" de Brian de Palma.

[…]

a winter with... raf simons & the neo-dandy soundtrack

The collection unveiled by Raf Simons for fall-winter 2013/2014 exacerbates the current mutation of the designer to a more sophisticated style, featuring his vision of the neo-dandy in a fashion show deliberately restricted to the essentials, but which soundtrack highlights the slightest contours.

La collection dévoilée par Raf Simons pour la saison automne-hiver 2013/2014 exacerbe l’actuelle mutation du designer vers un style plus sophistiqué, mettant en scène sa vision du néo-dandy dans un défilé volontairement restreint à l’essentiel, mais dont la bande-son souligne les moindres contours.

[…]

a winter with... fashion designers a to z

The Publishing House Taschen plays the card of "closed & unclosed" by asking six designers to dress its latest book in their fabrics with the most emblematic material and prints.

La Maison d’Édition Taschen joue la carte du "close & unclosed" en demandant à six créateurs d’habiller son dernier ouvrage de leurs tissus aux matières et aux imprimés les plus emblématiques.

[…]

a fall with... visiting hour

For SHOWstudio’s "Fashion Fetish" series, Marie Schuller explores in her short film "Visiting Hour" the fantasies of a mature woman, free and independent. Uninhibited.

Pour la série "Fashion Fetish" de SHOWstudio, Marie Schuller explore dans son court-métrage "Visiting Hour" les fantasmes d’une femme mûre, libre et indépendante.

[…]

a fall with... eva gronbach

Eva Gronbach plays the card of "closed & unclosed" by claiming the character "100% german" of her creations, and by adopting as a logo the eagle wings of her nation.

Eva Gronbach joue la carte du "close & unclosed" en revendiquant le caractère "100% german" de ses créations, et en adoptant pour logo les ailes d’aigle de sa nation.

[…]

a fall with... beatriz milhazes

The artist Beatriz Milhazes draws her inspiration from Rio de Janeiro, the city where she was born, grew up, lives and works, in a house surrounded by a tropical garden typically carioca.

L’artiste Beatriz Milhazes s’inspire de Rio de Janeiro, la ville où elle est née, a grandi, vit et travaille, dans une maison entourée d’un jardin tropical typiquement carioca.

[…]